Amazing Grace !

Publié le par Bouquetdebamboo

Jeudi dernier, j'ai eu le grand plaisir d'assister, dans le cadre du Festival Picardie Mouv', au concert de Grace à l'Ouvre Boîte de Beauvais.

Peut-être que Grace, comme ça, cela ne vous dit rien et pourtant...sa chanson "Imagine One Day" a inondé les ondes pendant des mois et il peu probable que vous soyez passer à côté.
Moi j'avoue que Grâce je n'avais pas chercher plus que ça à la découvrir parce que cette fameuses chanson commençait sérieusement à me taper sur le système à force d'être matraquée à la radio.
Il aura fallu l'annonce de ce concert pour que je me penche sur cette jeune femme et sa musique. Grand bien m'en a fait !

Rien que le prénom met déjà sur la piste. Grace, dans le langage théologique, est synonyme de faveur, d’affection et de bienveillance. Dans la langue de tous les jours, le mot évoque le charme, la douceur et la beauté. Ce mélange de tendresse et de spiritualité, de chaleur et de suavité, justement, c’est tout Grace. Une chanteuse à part, unique, « hors format ».
Et son premier album, intitulé « Hall of mirrors », est à son image : un recueil de folk, de blues, de reggae et de soul à la sincérité et à l’émotion communicatives. Car communiquer, c’est le leit-motiv de Grace. Chanter pour toucher les gens, pour transmettre, tout ce qu’elle a pu apprendre au cours d’une jeune existence déjà bien remplie.
C’est que Grace, sous ses allures de princesse orientale un brin mystérieuse, est une sacrée bourlingueuse. Américaine née au Canada, elle a passé son enfance aux quatre coins du monde.
Nomade insatiable, Grace a vécu aussi en Alsace, en Californie, au coeur du Montana et à Paris. Des influences planétaires qu’on retrouve bien sûr dans sa musique. Grace évolue entre ballades soul et rythmes reggae, folk-blues et musiques du monde, avec une aisance qui évoque les plus grandes vocalistes de jazz et de gospel. Sans fioritures inutiles ni arrangements racoleurs, elle impose, à la seule force d’une voix exceptionnelle gorgée d’émotion.

Mais revenons au concert.
Au milieu de nombreux instruments venus de tous les continents et accompagnée d'un métissage de musiciens (algérie, brésil, guadeloupe, caraïbes...) la belle Grace est apparue. Toute vêtue de rouge, superbe. Le temps de chuchoter quelques mots, comme un mantra et la show était lancé.

CIMG9614 CIMG9623

15 chansons entre folk, blues, reggae, soul et gospel. Beaucoup de sonorités africaines, mais aussi indienne, latines...Grace nous a emmener dans un véritable tour du monde musicale.
Quelques mots en anglais avant de nous avouer qu'elle a fait son CM2 en France et qu'elle parle très bien français, ce qu'elle fera tout le reste de la soirée.

Dès la troisième chanson, Grace s'est délesté de ses vertigineux talons dorés, a poussé tout ce qui se trouvait sur le devant de scène pour nous offrir une danse africaine endiablée avec sa choriste.
Lost, Open Road, Bang Bang (mes chansons préférées sur l'album) ont mis le feu à la salle. Quant à All You'Ll Need en live...pffff que dire....si ce n 'est que j'avais les larmes aux yeux. Sa voix magnifique, cristalline, l'émotion qu'elle dégage. Pfffff...j'en ai encore la chaire de poule !
La belle nous a parlé de son enfance avant d'interpréter une chanson que lui chantait sa nounou lorsqu'elle était petite, puis nous a fait partager son engagement pour l'amazonie.
Ce que j'aime chez Grace c'est sa simplicité, sa joie de vivre, sa spiritualité, son engagement humanitaire et écologique. Chacune de ses paroles sonne comme une prière, comme une ôde à la vie, à l'amour, au partage. L'album m'avait plu mais la voir, la vivre sur scène en a fait un réel coup de coeur.
Le rappel a été grandiose. Déjà pendant tout le concert l'ambiance était très, très bonne mais le rappel.....le meilleur rappel que j'ai vécu jusque là je crois.
Cela tient aussi beaucoup à la salle, une salle que décidément j'adore vraiment (j'irais bien voir tous mes concerts dans cette salle), une toute petite salle qui offre une proximité incroyable avec les artistes (j'étais au premier rang, à 1 mètre d'elle) et qui permet ce genre de rappel. Lors de la dernière chanson, Grace a comme il se doit présenter tous ses musiciens et lorsque est arrivé le tour de sa choriste, elle l'a invité à danser, au milieu de la scène, comme elles l'avaient fait du début du concert. Et cette fameuse choriste nous a à son tour inviter à danser. Toute la salle s'est mis à bouger au sons des rythmes africains, Princesse K-Rolyn’ et Grace nous montrant les pas. Vous imaginez ça ? une salle entière faisant la même chorégraphie ? Incroyable. La t° est montrée d'un cran et tout le monde a dansé, sauté. C'était incroyable. Il y a même une nana qui s'est payé le luxe de monter sur scène (sans y être invité) pour danser avec Grace (j'en ai eu envie toute la soirée mais je n'oserais jamais faire ça!). J'aurais voulu que ça ne s'arrête jamais. Mais toutes les bonnes choses ont une fin. Grace nous a tout de même invité à patienter quelques minutes afin de partager avec elle un moment d'échange après le concert pour quelques dédicaces et des informations sur les associations pour lesquelles elle milite.
Je ne suis pas restée, j'aurais beaucoup aimé mais il était déjà minuit, nous avions encore de la route et le boulot le lendemain, valait mieux être raisonnable.
C'était un magnifique concert, qui restera dans les annales, même s' il manquait quelqu'un à qui je dédie cet article afin qu'elle puisse je l'espère, à travers mes mots vivre un peu de cette soirée à laquelle elle malheureusement n'a pu participer.

CIMG9625

Amazing Grace !

Un petit mot aussi sur la première partie quand même.

01

Lola Montès alias Florence Caillon et sa troupe dont c’était seulement le 6ème concert ce soir là nous ont emmené dans un western manouche à travers le Mexique, l’Espagne et l’Italie.

CIMG9607 CIMG9608

CIMG9609 CIMG9610

Florence CAILLON cultive l’éclectisme comme d’autres les orchidées. Talentueuse touche-à-tout, elle partage son temps entre les chorégraphies de l’Eolienne et la composition musicale pour le cinéma, la télévision ou le spectacle vivant. Ses chansons sont nourries de son quotidien, bric-à brac hétéroclite et polyglotte, emprunté au brouhaha du monde. Tour à tour engagée et charmeuse, amoureuse sensuelle ou femme fatale indomptable, cette Lola nous balance des textes où l’humour et la dérision savent nous préserver de la gravité des choses de la vie. L’univers visuel concocté par le dessinateur Laurent Astier esquisse la silhouette d’un personnage mystérieux et c'est ce que j'ai préféré de leur prestation (des images de BD étaient projetées sur écran pour illustrer chaque chanson).

l_06108e987cb84930ae04669eca4b9477 m_74df911f3af34eb584e3cc75b05c8e20

Un réel univers, des sonorités très sympa et quelques chansons que j'ai bien aimées (Pick Up et Blueberry en particulier).

http://www.myspace.fr/graceinmusic

http://www.myspace.com/lolamontes

Publié dans Sur scène

Commenter cet article