Away we go

Publié le par Bouquetdebamboo

19165367

Synopsis : Lorsque Burt et Verona apprennent qu'ils vont devenir parents, c'est la panique. Ils détestent la ville de province où ils habitent, et maintenant que les parents de Burt déménagent, plus rien ne les y retient. Ils décident alors de partir à la recherche de l'endroit parfait où fonder leur famille. Sur leur chemin, ils rendent visite à leur famille et à de vieux amis. Certains leur paraissent fous à lier, d'autres leur donnent envie de suivre leur modèle... Mais finalement, tous vont aider à leur manière Burt et Verona à réaliser qu'ils n'ont peut être besoin que l'un de l'autre pour fonder leur foyer.

19187898

Sam Mendes traite à nouveau ici des ces thèmes de prédilections : les dysfonctionnements dans le couple, le rêve américain...
J'avais adoré ses "Noces Rebelles", son dernier film et si "Away we go" est tout à fait différent, de par son époque, de par son couple phare, de part son ambiance, il traite bel et bien de la même quête. La quête du bonheur, de la famille, du couple. Sam Mendes reconnait lui même le lien entre ses deux films, décrivant "Away we go" comme le négatif de "Noces rebelles".
Si Noces rebelles était plutôt sombre et triste, Away we go lui est terriblement poétique et touchant.
Cette histoire toute simple, c'est l'histoire de tous les couples qui attendent un enfant. Comme tous les futurs parents Burt et Verona se posent un million de questions, se demandent comment leur vie va être lorsque le bébé sera là, ce qui changera (car tout change, c'est inévitable), s'ils seront à la hauteur, s'ils seront de bons parents. Dans leur quête du lieu idéal pour élever leur fille, en passant par Phénix, Montréal ou encore Miami, ils vont rencontrer différents couple de parents.
Entre ceux qui sont au bord de la rupture et qui ne se préoccupent absolument pas de leurs enfants, ceux qui veulent faire de leur progéniture des petits génies, ceux qui adoptent à tout va pour guérir des fausses couches à répétition et ceux qui ne sont qu'un, puisque l'autre à décider de tout quitter pour une autre vie, la palme revient au couple bobo adepte du cododo et de l'allaitement tardif, pas mauvais au fond mais tellement poussé dans la caricature qu'on leur donnerait des baffes !
Burt et Verona s'avèrent être les plus normaux et plus les équilibrés de tous. Ils sont attachants et drôles.
La douce et compréhensive Verona, enceinte jusqu'aux dents, et l'attachant Burt qui, tout en gardant des allures adolescentes, est en train de devenir un homme. Verona et Burt, deux enfants perdus qui se cherchent un foyer dans une Amérique en reconstruction.
Burt m'a beaucoup fait rire, avec son obsession pour les seins par exemple car évidement, comme tous les futurs papa, il se demande à quoi va bien pouvoir ressembler la poitrine de sa compagne après l'accouchement (plus gros ? plus petits ? plus tombants ? plus vergeturés ? moins beaux ?)
C'est intelligent, légèrement décalé, réaliste, tendre et bien filmé.
Un film tout simple en apparence mais qui, l'air de rien, parle avec justesse de la famille, du couple, des enfants.
Pour moi le meilleur des guides destinés aux futurs parents ;)

19187891

 

19187895

Publié dans Sur Grand écran

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article