Une pièce montée de Blandine Le Callet

Publié le par Bouquetdebamboo

une_piece_montee

Présentation de l'éditeur :
" La pièce montée arrive, sur un plateau immense porté par deux serveurs. Vincent voit osciller au rythme de leur marche cette tour de Babel en choux à la crème, surmontée du traditionnel couple de mariés. Il se dit : C'est moi, ce petit bonhomme, tout en haut. C'est moi. Il se demande qui a pu inventer un gâteau aussi ridicule. Cette pyramide grotesque ponctuée de petits grains de sucre argentés, de feuilles de pain azyme vert pistache et de roses en pâte d'amande, cette monstruosité pâtissière sur son socle de nougatine. Et ce couple de mariés perché au sommet, qu'est-ce qu'il symbolise, au juste ? Les épreuves surmontées à deux ? L'ascension périlleuse jusqu'au septième ciel ? La prétention de ceux qui s'imaginent que l'amour va durer toujours ? "

Encore un livre dont je n'aurais même pas pris le temps de lire la quatrième de couverture si ma collègue bibliothécaire ne me l'avait pas mis de force dans les mains en me sommant de le lire !
Et elle a bien fait car j'ai à nouveau passé un bon moment. Rien à voir avec "Mon père est une femme de ménage" dont je me suis réellement délecter, mais un agréable moment tout de même.
Car ce qui fait l'originalité de ce premier roman de Blandine LeCallet c'est sa façon de décrire ce mariage.
Parce que faire d'une journée de mariage un roman aurait pu être terriblement ennuyeux, surtout lorsque ce mariage est un "grand" mariage, pompeux à souhait (beurk!). Mais si vous vivez ce même mariage à travers les yeux des différents invités qui y prennent part, cela devient tout de suite beaucoup plus interessant.
De la petite fille de 8 ans, en passant par le séducteur invétéré, la mamie pour qui ce mariage sera peut-être le dernier auquel elle assistera, le prêtre qui célébre la cérémonie ou encore le marié lui même, chaque personne nous livre sa façon de vivre cette journée si particulière. On apprend grâce à eux à mieux connaître la famille des mariés ainsi que les époux eux-mêmes.
Une famille bourgeoise, très bourgoise, pleine de principe, de secrets et de faux semblants.
À travers cette succession de regards intimes, Blandine Le Callet parvient à percer les apparences. Peu à peu, l’hypocrisie générale se fissure, les masques tombent.
L'écriture est fluide et agréable. Malgré l'emploi de la troisème personne, on se met très aisément dans la peau de chacun des invités.
Une lecture agréable.

Publié dans Au fil des pages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article